Conférences 2017

13/12/2017 - Cartographie du cerveau et Stéréotaxie

                               Conférence proposée par Jean-Jacques Lemaire

                                Neurochirurgien CHU Clermont-Ferrand

 

à 17:30

Lieu : Salle municipale de Bien-Assis

10 rue de Bien-Assis (près de la Place des Carmes) à Clermont-Ferrand

14/11/2017 - Les eaux souterraines en Auvergne, l'impluvium de Volvic

Conférence proposée par Patrick Lachassagne

Responsable Environnement et Ressources en Eau

du " Water Institute by Evian

L'exposé présentera la structure et le fonctionnement hydrogéologique de l'impluvium de Volvic. Cela permettra d'une part d'aborder les propriétés hydrogéologiques des différentes roches constituant le sous-sol de l'Auvergne et, d'autre part, de généraliser l'exposé aux  principaux concepts qui régissent le fonctionnement  des eaux souterraines, souvent méconnues.  Enfin, les impacts du changement global sur les eaux souterraines seront évoqués. 

11/10/2017 - Les mammifères sauvages en Auvergne

                              Conférence proposée par Charles Lemarchand

 

                              Chargé de missions Faune Sauvage et Habitats, Gérant de Catiche Productions

 

 

Deux associations se partagent le suivi des

populations des mammifères sauvages en Auvergne

le Groupe Mammalogique d'Auvergne

et l'Association d'étude et de conservation des

chiroptères Chauve-Souris-Auvergne

Télécharger
dossier_presse_atlas.pdf
Document Adobe Acrobat 2.0 MB

20/09/2017 - Les nuages : oasis de l'atmosphère.

 

 

Conférence proposée par Pierre Amato

Chargé de recherches CNRS  Institut  de Chimie de Clermont-Ferrand

Il y a 150 ans, Pasteur découvrait l’existence des microbes et leur présence dans l’air. Aujourd’hui nous savons qu’ils colonisent chaque endroit de la planète, même les plus extrêmes, et qu’ils ont une importance capitale au niveau environnemental (recyclage et minéralisation de la matière organique, cycles biogéochimiques, régulation climatique…). Depuis la découverte d’une activité biologique dans les gouttelettes de nuages au début des années 2000, la communauté scientifique internationale s’interroge sur les micro-organismes vivants dans les nuages et leur fonctionnement : qui sont-ils ? Quelle est leur origine ? Quelles sont leurs particularités ? Comment interviennent-ils dans la composition chimique de l’atmosphère, la formation des nuages et les précipitations ? Avec à la collaboration de l’Observatoire de Physique du Globe de Clermont-Ferrand (OPGC), notre équipe de recherche de l’Institut de Chimie de Clermont-Ferrand (ICCF, unité mixte CNRS Université Blaise Pascal) étudie les « écosystèmes » nuageux et leurs interactions avec les processus physiques et chimiques dans ces milieux. Les échantillons, les gouttelettes de nuages, sont récupérés depuis le chalet-observatoire du sommet du puy de Dôme grâce à des collecteurs spécialement développés. Les analyses biologiques menées depuis près de 10 ans ont permis de mettre en évidence la présence de plusieurs milliers de cellules vivantes par m3 de nuage et une grande diversité, malgré des conditions de vie difficiles. Beaucoup présentent des particularités physiologiques comme la pigmentation ou la capacité à se développer à très basse température. Les composés organiques atmosphériques dissous dans l’eau des nuages, dont des polluants comme le formaldéhyde, sont utilisés comme nutriments, et sont ainsi dégradés. Par ailleurs, certains spécimens sont par exemple capables de catalyser la formation de glace et de provoquer des précipitations. Les résultats acquis en laboratoire sont modélisés pour mieux décrire et comprendre le fonctionnement de cet environnement très complexe. Un état des lieux de nos connaissances sur le sujet, la manière dont ces questions sont conceptualisées et abordées en laboratoire et sur le terrain, et les toutes dernières avancées de nos recherches seront présentées.

 

 

Des thèses sur le sujet

Muriel Joly  - Mickaël Waïtilingom

14/06/2017 - La physique fascinante des observations récentes de Pluton

 

Conférence proposée par Luc Dettwiller
Professeur de physique en PC Lycée Blaise Pascal, Clermont-Ferrand

Observateur associé aux coronographes HACO/CLIMSO

à l'observatoire du Pic du Midi

 

Soleil, Mercure, Vénus, Terre, Mars, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et ... Pluton.

Entre Mars et Jupiter on trouve Ceres, et au-delà de Pluton, 2003UB313 qui, comme Pluton, sont des planètes naines.

10/05/2017 - Archéologie aérienne

                               Conférence proposée par

                               Jean-Claude Claval et Bernadette Dufaure

                               Président du CERAA  (Centre d'Etudes et de Recherches d'Archéologie Aérienne)

L'archéologie aérienne prend naissance au début des années 1920 avec les observations du Père A.Poidebard dans le désert Syrien. En France, cette procédure de recherche se développe à partir des années 1950, avec des résultats spectaculaires lors de la sécheresse de 1976. Le CERAA utilise cette méthode depuis 1979 ce qui a permis la découverte d'une centaine de sites archéologiques du néolithique à nos jours. 

 Toutes anomalies des paysages, du sol et des cultures sont de précieux indicateurs qui peuvent révéler des structures enfouies.  

La conférence permettra d'expliciter la méthode en se référant aux découvertes du CERAA

 

En savoir plus sur la Prospection aérienne ou la Thermographie aéroportée

19/04/2017 - La science et le Patrimoine 

 

    Conférence proposée par Gérard Mouillaud

    TS Institut Gay-Lussac Paris

    Technicien des Traitements de Surface

Le domaine des œuvres d'art est immense puisqu'il touche tous les matériaux que l'homme utilise depuis la préhistoire. La conservation du patrimoine artistique repose à la fois sur la connaissance des propriétés physico-chimiques des matériaux employés et celle de leur comportement dans leur environnement passé, présent ou à venir. Pierres, métaux, terres cuites, verres, tissus, sont autant de supports à des réalisations simples ou complexes (sculptures, mosaïques, fresques, vitraux, tapisseries, documents, …) qui subissent l’épreuve du temps.

Cette présentation est un survol de ce que l'on sait faire, de ce que l'on peut faire et de ce que l'on doit faire (Charte de Venise) dans le domaine de la préservation des œuvres. Nous verrons comment les moyens d'analyse utilisés par les labos du CNRS ou du Laboratoire des Monuments Historiques ont permis d'expliquer des avaries colorimétriques, comment des outils modernes, comme le laser, autorisent des nettoyages précis et non destructifs sur des objets d'extrême fragilité.

Nous verrons aussi, ce qui est nouveau, comment la préservation du patrimoine matériel de l'humanité exige la participation d'intervenants de plus en plus nombreux, des scientifiques (chimistes, physiciens, biologistes, géologues, climatologues), des historiens, des artisans et ... des artistes !

Tous ces intervenants ont pour objectif d'établir un diagnostic des dégradations lors d’une étude préalable aux travaux, de supprimer les causes des altérations en agissant en amont sur l’environnement, de restaurer l’œuvre (réparer, compléter et consolider) dans le respect du concepteur puis de la protéger de dégradations ultérieures possibles en assurant son entretien.

Cette " bibliographie visuelle " fait suite à la présentation de " La couleur en pratique " qui portait sur l’origine des pigments et colorants et leurs formulations pour les œuvres artistiques.

22/03/2017 - Technologie CRISPR/Cas9 :
                         une révolution dans le domaine de la modification du génome :

                         applications et problèmes éthiques sous-jacents

                                Conférence proposée par Isabelle Creveaux

                                Professeur des Universités (UFR Médecine, UCA)

                                Médecin biologiste CHU Clermont-Ferrand

                                Spécialisée en Génétique Moléculaire

Depuis très longtemps, les scientifiques sont à la recherche d’un moyen simple efficace et fiable de cibler une séquence précise du génome afin de pouvoir la modifier. Plusieurs techniques existaient, mais étaient laborieuses. Une nouvelle technique apparue ces dernières années est venue les supplanter. Il s’agit de la technologie CRISPR (clustered regularly interspaced short palindromic repeat)-Cas9, dérivée du système immunitaire des bactéries, qui, en permettant la réalisation rapide et précise de modifications ciblées du génome à un coût relativement faible, accroît le champ des recherches fondamentales comme celui de leurs applications par exemple à l’agriculture ou en médecine. Du fait de ses avantages, cette technologie a connu un essor très rapide avec des retombées et des enjeux financiers très importants.

Les applications dans le domaine animal comme dans l’espèce humaine soulèvent de nombreuses questions ainsi que des inquiétudes quant à leur fiabilité et leur innocuité, mais aussi d’ordre éthique. Les applications humaines de cette technologie suscitent de nombreux espoirs en thérapeutique, que ce soit dans les maladies héréditaires ou des maladies communes comme le cancer. Quand il s’agit de thérapie somatique (donc sans transmission de la modification génétique à la descendance), il n’y a pas d’objection sur le plan éthique et des essais cliniques sont déjà en cours. Par contre, les possibilités d’utilisation de cette technologie sur des cellules germinales ou des embryons (avec possibilité de transmission des modifications à la descendance) doivent conduire à une réflexion pluridisciplinaire et internationale. Rappelons qu’en France et dans plusieurs pays européens, il y a interdiction de toute manipulation du génome humain ayant pour but de modifier la descendance de la personne. Y-a-t-il d’ailleurs un intérêt quant il existe des techniques telles le diagnostic préimplantatoire et le diagnostic prénatal ? Cependant la technique CRISPR-Cas9, qui permet de modifier à volonté n’importe quel génome, confère désormais à l’espèce humaine une "maîtrise" jusqu’alors réservée au binôme hasard/ nécessité. Qu’en ferons-nous ?

Mercredi 15/02/2017 - La Chiralité : un concept à l'origine d'un scandale

                                          sanitaire et pourtant une omniprésence dans notre

                                          vie quotidienne

 

Conférence proposée par Laurence Hecquet

Professeur en chimie organique à UCA Clermont-Fd

Directrice adjointe de l’Institut de Chimie de Clermont fd  (ICCF)

Présidente du Club Biocatalyse en Synthèse Organique (CBSO)

Depuis les travaux de Louis Pasteur qui ont conduit à la découverte de la chiralité,  l’importance  de cette notion pour l’activité thérapeutique des médicaments mais aussi sur leur toxicité fut progressivement  mise  en évidence.  La  dramatique  affaire  de  la  thalidomide  fut  à  l’origine  d’une prise  de  conscience  de  l’importance  de  la  chiralité  dans  la  toxicité  des molécules  présentes  dans les médicaments. C’est à la suite de  cette terrible  affaire  qui a conduit  à  la  naissance  de nombreux enfants présentant  une  atrophie  des  membres  supérieurs et inférieurs que  la législation fut modifiée et qu’il devint indispensable de faire des recherches d’activité tératogène avant toute demande d’autorisation  de mise sur le marché.  

La  synthèse  de  molécules  chirales  non  toxiques  est  donc  devenue  un enjeu majeur dans l’industrie pharmaceutique et aussi dans bien d’autres domaines de la vie quotidienne.

Que  se  cache-t-il  sous  cette  notion  de  « chiralité » ? Comment  obtenir des  molécules chirales non   toxiques pour l’homme et pour l’environnement ? C’est notamment à ces questions que nous répondrons lors de cette conférence. 

Pour préparer la conférence : Discov/Her

Mardi 17/01/2017 - La construction métallique du 21ème siècle

                                    De véritables challenges pour les ingénieurs

 

Conférence proposée par Jean-Pierre Muzeau

Professeur des Universités

Directeur scientifique au ‎Centre des Hautes Etudes de la Construction (CHEC)

Ancien responsable du Département Génie Civil de Polytech Clermont Fd

Président de l'APK (site Internet)

 

Plusieurs  ouvrages  métalliques  réalisés  en  France  durant  les  dix  dernières années  représentent  de véritables prouesses  techniques  et humaines. S’ils  sont le   fruit   de   l’évolution   des   méthodes   de   calcul   et   de   la   réglementation européenne,  ils ont  également  bénéficié  des  progrès  accomplis  en  matière  de capacité  de résistance  de  l’acier  et  de  moyens  d’assemblage,  de  fabrication  et de transport. 

Il  est  bien  connu  que  la  construction  métallique  offre  aux  architectes  la possibilité de concevoir des  structures audacieuses, efficaces et particulièrement  élégantes.  Toutefois,  pour réaliser  des ouvrages  toujours  plus complexes,  aux  portées  souvent  très  grandes  et  associées  à  des schémas statiques quelquefois très subtils, elle demande aux ingénieurs qui les calculent et qui les réalisent,  de  développer  des  trésors   d’imagination  afin  de  les concrétiser et de les amener jusqu’à leur terme.

En  s’appuyant  sur  six  exemples  très  récents  et  variés  couvrant  le  domaine  des bâtiments (Canopée des Halles à Paris, Musée Lyon Confluence) mais aussi ceux  des  ouvrages  d’art  (pont Raymond  Barre  à  Lyon  et  pont  Chaban-Delmas  à Bordeaux)  et  des  stades  (stade  Pierre  Mauroy  à Lille et nouveau stade de Bordeaux), l’exposé permettra de mettre en évidence les défis que représentent ces superbes ouvrages pour les ingénieurs.

Halles Paris - Pont Chaban-Delmas - Stade Mauroy - Musée des Confluences - Pont Raymond Barre - Stade Matmut-Atlantique
Halles Paris - Pont Chaban-Delmas - Stade Mauroy - Musée des Confluences - Pont Raymond Barre - Stade Matmut-Atlantique